Month: November 2014

Hollande au Kazakhstan les 5 et 6 décembre

Posted on Updated on

Le président français François Hollande se rendra en visite officielle au Kazakhstan les 5 et 6 décembre, a annoncé mercredi le service de presse du président kazakh dans un communiqué.

Lire la suite sur fr.ria.ru

La Russie offre le sapin de Noël de Notre-Dame

Posted on

Traditionnellement financé par les fonds de la cathédrale et les dons des commerçants du quartier, l’arbre est pour la première fois subventionné par un pays étranger.

«Cette année, pour la première fois dans l’histoire de Paris, l’arbre de Noël est venu de Russie», s’est exclamé samedi Alexandre Orlov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France, lors des festivités autour de l’illumination du sapin.

Lire la suite: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/24/01016-20141124ARTFIG00345-la-russie-offre-le-sapin-de-noel-de-notre-dame.php 

Alexandre Stefanesco : “La Russie reste un marché sans chômage, un marché de candidats.”

Posted on Updated on

Témoignage d’Alexandre STEFANESCO. Interviewé par Yuliya KOSTYLEVA.

Dans le cadre du projet « Club d’affaires France-Russie », nous vous proposons l’interview d’Alexandre Stefanesco. Directeur général d’Atsal, une agence de conseil en RH, il partage avec nous son expérience sur le marché russe.

Lire l’interview

Conférence international à Lyon « Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistances du règne de Pierre le Grand à 1914».

Posted on Updated on

20141107_171039Le 7 novembre 2014 PARTIALIS Consulting était présente au colloque international sur le thème du développement des technologies innovantes en Russie. La manifestation a eu lieu à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon avec la participation des délégations de l’Université Fédérale de l’Oural, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l’ENS de Lyon.

Les intervenants présents ont discuté des résultats du projet de recherche dirigé par Marie-Pierre Rey, directrice du Centre de Recherches en histoire des Slaves de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.20141107_171030

Un accent particulier a été mis sur le développement des Naukograds en Russie. Le discours de Kevin Limonier (Kassini conseil) sur le sujet de « sociétés scientifiques » a attiré l’attention des représentants des sociétés françaises. Malgré la situation économique actuelle tendue, le secteur de l’innovation de la Russie devient plus en plus intéressant pour des investisseurs étrangers.

En russe / На русском языке

Alexandra Dourassoff, créatrice d‘événements en Russie

Posted on Updated on

Alexandra Dourassoff, fondatrice de l’agence de communication événementielle IMC AGENCY raconte son parcours professionnel dans le luxe en Russie.

Alexandra Dourassoff, 33 ans, Française d’origine russe, arrive en Russie au début des années 2000 lors d’un échange universitaire. A l’époque, son principal objectif est de réapprendre sa langue maternelle qu’elle ne parle plus depuis l’âge de 5 ans. La jeune femme décroche un premier poste au sein de LVMH à la fin de son année d’échange et démarre sa carrière professionnelle en travaillant pour des marques du groupe, comme Moët Hennessy et Christian Dior.

Lire la suite sur www.russieinfo.com.

Mistral : “À Moscou, la France est placée dans le camp des pays qui ne respectent pas leurs engagements !”

Posted on Updated on

Industriel français de la défense installé en Russie, Olivier Brisou est un observateur attentif des aléas du contrat Mistral. Interview.

Olivier Brisou, 62 ans, est un homme d’affaires français installé à Ekaterinbourg (Russie), où il préside la société Ural Atlantic, créée en 2003. Cette entreprise se consacre au développement territorial et industriel, avec une spécialisation défense. Ural Atlantic a mis sur pied en 2008 le Cluster (club professionnel) français des industries mécaniques et défense en Russie. Avec l’entrée de plusieurs sociétés européennes, cette initiative a pris en 2012 le nom d’Euro-Russian Cluster. Après la mise en place des sanctions occidentales contre Moscou, il s’est transformé en 2014 en Eurasian Cluster Mechanics & Defense.

Le Point.fr : Vous êtes un entrepreneur français installé en Russie, comment travaillez-vous ?

Olivier Brisou : Notre structure travaille à regrouper des entreprises étrangères dans un cadre doctrinaire russe approuvé par le Kremlin : ouverture des marchés de défense russes aux entreprises étrangères, dès lors qu’il y a co-industrialisation. Nous sommes spécialisés dans les armements terrestres.

La grande question de l’heure concerne la livraison, ou pas, du premier navire de la série Mistral vendue par la France à la Russie. Sur cette affaire, quel est votre sentiment ?

Tout le monde ici s’attend non pas à un refus, mais à une non-livraison. Le plus important, c’est de comprendre ce qui va se passer du côté russe, dans chacune des trois hypothèses. Soit la France livre le navire et dans ce cas les Russes souriront sans dire merci, puisque la France n’aura fait que son travail de fournisseur. Deuxième hypothèse : Paris refuse de livrer. Il n’y aura aucun problème, car la Russie a mis en place depuis quatre mois une communication active pour dire “on n’a plus besoin de cet engin”. Quant à la non-livraison, au report sous condition, tout le monde s’y attend, car ce serait conforme à l’attitude actuelle de la France, hésitation constante et non-décision, avec une porte entrouverte sur une conclusion plus tard.

Et alors, que diraient les Russes dans ce cas ?

Je ne le sais pas, mais cette issue “intermédiaire” serait pire qu’une décision extrême, car elle conforterait les Russes dans leur attitude vis-à-vis de la France, placée dans le camp des pays qui ne respectent pas leurs engagements. Alors qu’il n’y a pas si longtemps ils pensaient l’inverse !

Mais justement, François Hollande ne lie-t-il pas sa décision sur le respect, ou pas, des engagements russes sur le cessez-le-feu en Ukraine ?

Paris et Moscou ont chacun sa perception de la situation. Depuis l’affaire de la Crimée, la Russie a un point de vue qui n’est pas celui de l’Europe, totalement opposé. Lier la solution d’une affaire, y compris “commerciale”, à une compréhension réciproque ne pourrait être possible qu’en partageant une analyse commune. Or, dans ce cas, les points de vue sont diamétralement opposés. Les gens ne peuvent pas se comprendre. Les Russes considèrent que, vis-à-vis des événements en Ukraine, ils n’ont jamais pris les engagements qu’on leur attribue !

Lire l’original : http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/mistral-a-moscou-la-france-est-placee-dans-le-camp-des-pays-qui-ne-respectent-pas-leurs-engagements-06-11-2014-1879154_53.php#xtor=CS3-190

« La Russie, nouvelle raison d’être de l’Otan »

Posted on Updated on

Dans une interview accordée au quotidien Kommersant, Alexandre Grouchko, représentant permanent de la Russie à l’Otan, résume le premier mois du nouveau secrétaire général Jens Stoltenberg, et explique comment Moscou compte construire ses relations avec l’Alliance dans le contexte actuel de crise.

Lire l’interview : http://fr.rbth.com/international/2014/11/07/la_russie_nouvelle_raison_detre_de_lotan_31487.html